Partage de l'Evangile chaque jour

Partageons ensemble, chaque jour, la Parole de Dieu.

 

Commentaires: 36
  • #36

    Fabienne Assailly (samedi, 30 mai 2020 17:14)

    Je n'arrive pas à le copier c'est : aime moi tel que tu es

  • #35

    Fabienne Assailly (samedi, 30 mai 2020 17:13)

    Demain nous nous retrouvons pour ce dimanche de pentecôte. J'ai beaucoup prié pendant ces mois, beaucoup réfléchi sur ma relation à Dieu et j'ai trouvé ce texte de Saint Augustin que vous connaissez certainement. Je ne le connaissais pas mais il me fait beaucoup de bien.
    http://users.skynet.be/prier/textes/PR0020.HTM

  • #34

    Michèle G. (vendredi, 15 mai 2020 20:24)

    Jésus nous révèle cette intense relation qui l'unit à son Père (je suis en mon Père) et nous invite à accéder à cette relation (vous êtes en moi, et moi en vous) avec l'aide de l'Esprit Saint (Je ne vous laisserai pas orphelins)
    Esprit Saint (le Défenseur) anime en nous la foi, donne nous d'être convaincu que Dieu agit dans le cœur de chacun et dans le monde, remplit nous de ton amour et de ta force

  • #33

    Jacques R. (mardi, 12 mai 2020 18:37)

    Lisons lentement cet évangile, pesons chacun des mots du Christ Jésus, et partageons à nos frères et soeurs comment les mots de Jésus nous parlent !

    Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (Jn 14/15-21)

    En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Si vous m’aimez, vous garderez mes commandements. Moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Défenseur qui sera pour toujours avec vous : l’Esprit de vérité, lui que le monde ne peut recevoir, car il ne le voit pas et ne le connaît pas ; vous, vous le connaissez, car il demeure auprès de vous, et il sera en vous. Je ne vous laisserai pas orphelins, je reviens vers vous. D’ici peu de temps, le monde ne me verra plus, mais vous, vous me verrez vivant, et vous vivrez aussi. En ce jour-là, vous reconnaîtrez que je suis en mon Père, que vous êtes en moi, et moi en vous.
    Celui qui reçoit mes commandements et les garde, c’est celui-là qui m’aime ;
    et celui qui m’aime sera aimé de mon Père ; moi aussi, je l’aimerai, et je me manifesterai à lui. »

    – Acclamons la Parole de Dieu.

  • #32

    Michèle G. (samedi, 02 mai 2020 08:28)

    Jésus est pour moi celui à qui je peux tout dire, pas besoin de paraitre, Il me connait et m'aime telle que je suis, Il ne m'abandonne pas même si moi je l'abandonne. C'est celui qui a révélé le Père et nous a laissé l'Esprit Saint pour nous éclairer. Sa Parole est vivante et donne sens à nos vies Il est présent à chaque partage du pain et du vin, chaque partage fraternel, à chaque résurrection quand je passe de la tristesse à la joie, de la déception à l'espérance - en ce moment particulier notre foi est mise à l'épreuve, merci de de nous proposer cette communion fraternelle.

  • #31

    Fabienne A (vendredi, 01 mai 2020 11:41)

    Cette phrase : non pas ma volonté mais celle du Père. C'est quelque chose que je me répète souvent pour accepter certains ennuis ça m'aide beaucoup.
    Juste croire que en Jésus pour être sauvé ça paraît facile mais est ce que Jésus ne veut pas dire qu'il faut du coup aussi mettre en pratique tout ce qu'il nous enseigne ?

  • #30

    Jacques R. (mercredi, 29 avril 2020 19:54)

    Je vous propose l'Evangile de ce jour mercredi 29 avril : une Parole de Jésus qui nous révèle ce qu'il est et qui nous appelle à croire. Partageons ce que ces paroles de Jésus provoquent en nous, au plus profond de nous.

    Alléluia. Alléluia.
    "Celui qui voit le Fils et croit en lui a la vie éternelle, dit le Seigneur ; et moi, je le ressusciterai au dernier jour." Alléluia. (Jn 6, 40)

    Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

    En ce temps-là, Jésus disait aux foules : "Moi, je suis le pain de la vie. Celui qui vient à moi n’aura jamais faim ; celui qui croit en moi n’aura jamais soif. Mais je vous l’ai déjà dit : vous avez vu, et pourtant vous ne croyez pas. Tous ceux que me donne le Père viendront jusqu’à moi ; et celui qui vient à moi, je ne vais pas le jeter dehors. Car je suis descendu du ciel pour faire non pas ma volonté, mais la volonté de Celui qui m’a envoyé. Or, telle est la volonté de Celui qui m’a envoyé : que je ne perde aucun de ceux qu’il m’a donnés, mais que je les ressuscite au dernier jour. Telle est la volonté de mon Père : que celui qui voit le Fils et croit en lui ait la vie éternelle ; et moi, je le ressusciterai au dernier jour.

    – Acclamons la Parole de Dieu.

  • #29

    Maurice.M (lundi, 27 avril 2020 19:58)

    De l'Evangile de ce jour : Jean 6,22-29)
    "Que devons nous faire pour travailler aux oeuvres de Dieu?"
    Jésus leur répondit : " l'oeuvre de Dieu, c'est que vous croyiez en celui qu'il a envoyé."

  • #28

    Fabienne A (dimanche, 26 avril 2020 16:24)

    Oui internet a ses bons côtés en ce qui me concerne j'y trouve beaucoup d'articles intéressants sur les saints, je me cultive.
    Lorsque la première messe sera autorisée même si nous devons garder nos distances j'espère que ne seront tous plein de joie comme eux à l'époque. Le partage la charité lorsqu'on a rien à offrir passe aussi par un sourire radieux et sincère plein d'amour pour l'autre

  • #27

    Eric (dimanche, 26 avril 2020 15:25)

    il n'y a pas de hors sujet, le partage de tout aujourd'hui semble passer aussi par ces technologies que nous accusons souvent, et à raison, de nous monopoliser au détriment du lien social, étonnamment, aujourd'hui, notre lien social est préservé par là.
    Partage d'Evangile , partage de célébration, en communion, entre soeurs et frères. Dans des endroits petits, à l'écart, presque cachés,.....je trouve que ça ressemble à retour aux sources des premières communautés chrétiennes contraintes à se cacher et se mettre à l'écart également. alors comme eux inventons comment proclamer la bonne nouvelle, comment témoigner de Jésus Christ, même dans ces conditions. réinventons.

  • #26

    Fabienne A (dimanche, 26 avril 2020 12:35)

    Je sais que c'est un peu hors sujet mais merci, merci pour les messes retransmises c'est un tel bonheur de vous revoir tous et de suivre la messe de nos prêtres.

  • #25

    Fabienne A (dimanche, 26 avril 2020 00:06)

    Il est bien dommage que nous ne puissions plus vivre de cette façon. Et pourquoi d'ailleurs ? Le partage de la totalité de leurs biens était peut-être possible car ils ne vivaient pas dans notre société de consommation. Si nos besoins étaient moindre nous aurions plus d'argent pour aider. J'ai comme l'impression que ce sont les personnes qui ont le moins qui partagent e plus. C'est peut-être pour ça que Jésus nous demandait d'être pauvre. De plus, plus nous avons de choses matérielles plus cela occuper l'esprit et cela nous détache des vraies valeurs.

  • #24

    Maurice.M (samedi, 25 avril 2020 14:46)

    Apparemment, même les questions ne nous ont pas inspirées. Pour ma part, l'exemple des frères est beau, l'époque n'est pas comparable mais comment,
    pouvons nous, nous aussi annoncer la Bonne Nouvelle de l'Evangile pour ceux qui ne l'ont pas encore découverte notamment les générations futures? Peut-être, en vivant humblement de façon plus fraternelle la solidarité au sein de notre paroisse. Ce qui, après tous ces évènements vécus demandera des efforts de la part de chacune et chacun d'entre-nous.

  • #23

    Jacques R. (samedi, 18 avril 2020 15:41)

    « Tous les croyants vivaient ensemble, et ils avaient tout en commun Lecture du livre des Actes des Apôtres. (Ac 2, 42-47)

    Les frères étaient assidus à l’enseignement des Apôtres et à la communion fraternelle, à la fraction du pain et aux prières. La crainte de Dieu était dans tous les cœurs à la vue des nombreux prodiges et signes accomplis par les Apôtres.
    Tous les croyants vivaient ensemble, et ils avaient tout en commun; ils vendaient leurs biens et leurs possessions, et ils en partageaient le produit entre tous
    en fonction des besoins de chacun.
    Chaque jour, d’un même cœur, ils fréquentaient assidûment le Temple, ils rompaient le pain dans les maisons, ils prenaient leurs repas avec allégresse et simplicité de cœur ; ils louaient Dieu et avaient la faveur du peuple tout entier.
    Chaque jour, le Seigneur leur adjoignait ceux qui allaient être sauvés.

    – Parole du Seigneur.

    Quelques pistes pour mieux partager la Parole entre nous :
    La mission des chrétiens se vit en trois dimensions liées les unes aux autres :
    - Annoncer la Bonne Nouvelle de l'Evangile.
    - Célébrer le culte à Dieu.
    - Vivre le partage et la solidarité.
    Comment retrouvons-nous ces trois dimensions dans ce passage de la Parole ?
    Comment conçoivent-ils le partage "chrétien" ?

  • #22

    Maurice.M (samedi, 18 avril 2020 14:54)

    Evangile de Jésus Christ selon St. Marc (16,9-15)

    Ressucité le matin, le premier jour de la semaine, Jésus apparut d'abord à Marie Madeleine, de laquelle il avait expulsé sept démons. Celle-ci partit annoncer la nouvelle à ceux qui, ayant vécu avec lui, s'affligeaient et pleuraient. Quand ils entendirent que Jésus était vivant et quelle l'avait vu, ils refusèrent de croire. Après cela, il se manifesta sous un autre aspect à deux d'entre eux qui étaient en chemin pour aller à la campagne. Ceux-ci revinrent l'annoncer aux autres, qui ne les crurent pas non plus.
    Enfin, il se manifesta aux Onze eux-mêmes pendant qu'ils étaient à table : il leur reprocha leur manque de foi et la dureté de leurs coeurs parce qu'ils n'avaient pas cru ceux qui l'avaient contemplé ressuscité. Puis il leur dit :"allez dans le monde entier, proclamez l'Evangile à toute la création"

    Nous qui sommes long à croire, heureusement Jésus est persévérant, il ne désespère jamais de nous. Aujourd'hui, plus que jamais il nous redis : "Allez proclamer l'Evangile à toute la création"

  • #21

    Michèle G. (vendredi, 10 avril 2020 14:05)

    Que signifie « porter sa croix » ? (de Simone Pacot)
    Les Pères de l'Église interprétaient la croix en s'attachant à la direction de ses branches. La verticale représente le Verbe, la Lumière, l'Esprit-Saint, la grâce. L'horizontale, la terre, la chair, la matière, l'être humain.
    À l'intersection des deux se trouvent Jésus le Christ, le médiateur, le rédempteur qui permet qu'un bien émerge d'un mal. Porter sa croix pourrait ainsi signifier consentir à ce que le Verbe illumine notre chair. Nous avons alors à sortir de notre verrouillage intérieur pour accueillir l'Amour et la Lumière, c'est-à-dire la vérité sur nous-mêmes. C'est le début d'un chemin de remise en ordre, de restauration, en Christ, dans le souffle de l'Esprit-Saint, pour vivre pleinement notre dignité d'enfant de Dieu appelé à faire advenir le Royaume.

  • #20

    Michèle G. (mercredi, 08 avril 2020 18:56)

    "Aujourd’hui s’accomplit ce passage de l’Écriture
    que vous venez d’entendre."
    Aujourd'hui Seigneur tu nous libères de nos ruminations, de nos culpabilisations, tu nous rends la vue en effaçant toutes les fausses idées que nous avions de toi,
    Ta parole est bonne nouvelle et nourriture pour les pauvres que nous sommes -

  • #19

    Jacques R. (mardi, 07 avril 2020 19:10)

    JEUDI SAINT : nous allons célébrer le Jeudi Saint sans être présent physiquement à la Table du Christ pour partager son Pain de Vie !
    Alors faisons mémoire de la Cène autrement, confinés dans nos maisons...
    Partageons l'Evangile du Jeudi Saint, "mangeons" sa Parole" ! Que chacun et chacune puisse donner aux autres ce que le Christ lui dit au coeur !
    __________________________________

    Évangile de Jésus le Christ selon saint Luc. (Lc 4, 16-21)
    En ce temps-là,
    Jésus vint à Nazareth, où il avait été élevé. Selon son habitude, il entra dans la synagogue le jour du sabbat, et il se leva pour faire la lecture. On lui remit le livre du prophète Isaïe. Il ouvrit le livre et trouva le passage où il est écrit :
    "L’Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction. Il m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, annoncer aux captifs leur libération, et aux aveugles qu’ils retrouveront la vue, remettre en liberté les opprimés, annoncer une année favorable accordée par le Seigneur."
    Jésus referma le livre, le rendit au servant et s’assit. Tous, dans la synagogue, avaient les yeux fixés sur lui. Alors il se mit à leur dire :
    "Aujourd’hui s’accomplit ce passage de l’Écriture
    que vous venez d’entendre."

    Acclamons la Parole de Dieu et partageons-la...

  • #18

    Fabienne A (jeudi, 02 avril 2020 08:41)

    Je n'ai pas la réponse.

  • #17

    Maurice.M (mercredi, 01 avril 2020 21:57)

    En tous points Jésus a tenu à épouser totalement la condition humaine. Pourrons nous, nous aussi, être vraiment serein face à la mort?

  • #16

    Eric (mercredi, 01 avril 2020 15:42)

    Chaque jour effectivement je me dit: « mon Dieu pourquoi m’as tu (ou nous as tu) abandonné. Et je m’efforce de l’accompagner de cette phrase que Jesus associe également à ce cri au jardin des Oliviers : « Père qu’il soit fait selon ta parole ou selon ta volonté. Je m’efforce de ne jamais séparer ces deux phrases . Le doute et la foi en même temps

  • #15

    Michèle G. (mercredi, 01 avril 2020 07:50)

    Nos souffrances humaines rejoignent le cri de Jésus sur la croix "Mon Dieu pourquoi m'as-tu abandonné"
    Jésus a accepté jusqu'au bout de connaitre ce sentiment d'abandon que peut connaitre tout homme face à la guerre, à la maladie, à la mort - il peut ainsi être le compagnon de nos épreuves et nous pouvons nous tourner vers Lui car il a Lui-même est passé par là - Seigneur remplit de ta présence ceux qui se sentent abandonnés

  • #14

    Jacques R. (mardi, 31 mars 2020 19:49)

    Une petite relance pour enrichir notre partage de la Parole de Dieu. On peut s'exprimer sur ce passage de l'Evangile du dimanche des Rameaux et de la Passion : et pour nous mettre en chemin : "Pourquoi la dernière parole de Jésus est une question angoissante : "Mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ?"
    Jésus doute-t-il de Dieu son Père ?

    Un passage de l'Evangile de la Passion selon St Matthieu. (Mt 27/45-50)

    À partir de la sixième heure (c’est-à-dire : midi), l’obscurité se fit sur toute la terre jusqu’à la neuvième heure. Vers la neuvième heure, Jésus cria d’une voix forte : "Éli, Éli, lema sabactani ?", ce qui veut dire : "Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?"
    L’ayant entendu, quelques-uns de ceux qui étaient là disaient : "Le voilà qui appelle le prophète Élie !". Aussitôt l’un d’eux courut prendre une éponge
    qu’il trempa dans une boisson vinaigrée ; il la mit au bout d’un roseau, et il lui donnait à boire. Les autres disaient : "Attends ! Nous verrons bien si Élie vient le sauver. » Mais Jésus, poussant de nouveau un grand cri, rendit l’esprit.

  • #13

    Eric (mardi, 31 mars 2020 10:06)

    Jésus nous enseigne sa pleine identité: vraiment fils de l'homme et vraiment fils de Dieu.

  • #12

    Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 8,21-30. (mardi, 31 mars 2020 09:56)

    (...) Jésus leur déclara : « Quand vous aurez élevé le Fils de l’homme, alors vous comprendrez que moi, JE SUIS, et que je ne fais rien de moi-même ; ce que je dis là, je le dis comme le Père me l’a enseigné.
    Celui qui m’a envoyé est avec moi ; il ne m’a pas laissé seul, parce que je fais toujours ce qui lui est agréable. »
    Sur ces paroles de Jésus, beaucoup crurent en lui.

  • #11

    Michèle G. (lundi, 30 mars 2020 17:16)

    Nous sommes tous pêcheurs et avons tous besoin de la miséricorde de Dieu (Pape François)

    Seigneur donne nous ton regard aimant et garde nous de juger et condamner

  • #10

    Eric (lundi, 30 mars 2020 15:00)

    Jésus me dit deux choses:
    il me demande de ne plus condamner ou juger l'autre car je suis pêcheur .
    il m'assure qu'il ne me condamne pas et m'invite à ne plus pêcher.

  • #9

    Evangile selon Saint Jean 8,1-11 (lundi, 30 mars 2020 14:47)

    « Celui d’entre vous qui est sans péché, qu’il soit le premier à lui jeter une pierre. » (...) « Moi non plus, je ne te condamne pas. Va, et désormais ne pèche plus. »
    - Jean 8,1-11 -

  • #8

    Michèle G. (lundi, 30 mars 2020 06:19)

    Marthe : « Seigneur, si tu avais été là, mon frère Lazare, ton ami ne serait pas mort.
    notre vie est faite de mille morts, à chacun de nous Jésus dit : Mon ami, mon frère, mets-toi debout et viens dehors choisis la Vie, la mort n'aura pas le dernier mot
    Il est mort avec nous pour ressusciter avec nous c'est ça l'Espérance

  • #7

    Eric (dimanche, 29 mars 2020 08:51)

    voyant Marie pleurer, Jesus fut saisi d’émotion et pleura puis il rappela son ami Lazarre à la vie.
    Jésus est saisi d’émotion lorsque nous souffrons et il nous ramène à la vie. Cette vie qu’il nous a promis. Dans l’Esprit avec lui. Comme Lazare nous somme son ami, son amie, et il ne nous laissera pas tomber, il nous l’a promis . ‘« J’ai parlé et je le ferai » 'Ézéchiel 37,12-14

  • #6

    Michèle G. (vendredi, 27 mars 2020 13:47)

    Jésus homme on le connait, on sait où il habite, on connait ses parents
    mais Jésus révèle ici son identité divine, (et c'est à cause de cette déclaration qu'Il a été condamné) - Les apôtres verront clair à la lumière de la Résurrection et de la Pentecôte
    un grand mystère dans lequel nous sommes invités à rentrer
    Et toi qui dis-tu que je suis ?
    Heureusement qu'Il nous a laissé son Esprit pour nous aider à comprendre.

  • #5

    Jacques R. (vendredi, 27 mars 2020)

    Nous vous proposons 3 versets de l'Evangile du 27 mars 2020.
    Pour nous aider au partage, voici une question :
    Qu'est-ce que nous révèle ce passage d'Evangile de la relation de Jésus avec le Père ?

  • #4

    Jacques R. (vendredi, 27 mars 2020 11:03)

    Evangile de Jésus le Christ selon St Jean (7/28-30)

    Jésus, qui enseignait dans le Temple, s’écria : "Vous me connaissez ? Et vous savez d’où je suis ? Je ne suis pas venu de moi-même : mais il est véridique, Celui qui m’a envoyé, lui que vous ne connaissez pas. Moi, je le connais parce que je viens d’auprès de lui, et c’est lui qui m’a envoyé." On cherchait à l’arrêter, mais personne ne mit la main sur lui parce que son heure n’était pas encore venue. - Acclamons la Parole de Dieu.

  • #3

    Jacques R. (jeudi, 26 mars 2020 07:41)

    ÉVANGILE du 26 mars 2020. (Jean 5, 31-47)

    En ce temps-là, Jésus disait aux Juifs :
    ”Si c’est moi qui me rends témoignage, mon témoignage n’est pas vrai ; c’est un autre qui me rend témoignage, et je sais que le témoignage qu’il me rend est vrai. Vous avez envoyé une délégation auprès de Jean le Baptiste, et il a rendu témoignage à la vérité. Moi, ce n’est pas d’un homme que je reçois le témoignage, mais je parle ainsi pour que vous soyez sauvés. Jean était la lampe qui brûle et qui brille, et vous avez voulu vous réjouir un moment à sa lumière.
    Mais j’ai pour moi un témoignage plus grand que celui de Jean : ce sont les œuvres que le Père m’a donné d’accomplir ; les œuvres mêmes que je fais
    témoignent que le Père m’a envoyé. Et le Père qui m’a envoyé, lui, m’a rendu témoignage. Vous n’avez jamais entendu sa voix, vous n’avez jamais vu sa face, et vous ne laissez pas sa parole demeurer en vous, puisque vous ne croyez pas en celui que le Père a envoyé. Vous scrutez les Écritures parce que vous pensez y trouver la vie éternelle ; or, ce sont les Écritures qui me rendent témoignage, et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie ! La gloire, je ne la reçois pas des hommes ; d’ailleurs je vous connais : vous n’avez pas en vous l’amour de Dieu. Moi, je suis venu au nom de mon Père, et vous ne me recevez pas ; qu’un autre vienne en son propre nom, celui-là, vous le recevrez !
    Comment pourriez-vous croire, vous qui recevez votre gloire les uns des autres,
    et qui ne cherchez pas la gloire qui vient du Dieu unique ? Ne pensez pas que c’est moi qui vous accuserai devant le Père. Votre accusateur, c’est Moïse, en qui vous avez mis votre espérance. Si vous croyiez Moïse, vous me croiriez aussi, car c’est à mon sujet qu’il a écrit. Mais si vous ne croyez pas ses écrits,
    comment croirez-vous mes paroles ? »

    – Acclamons la Parole de Dieu, et partageons-la entre nous. -

  • #2

    Maurice Micoud (mercredi, 25 mars 2020 18:36)

    Je suppose que nous serions nombreux actuellement à accepter d'avoir la visite d'un ange qui nous dirait :"sois sans crainte" comme il l'a dit à Marie.
    Cependant, nous aussi, nous pouvons mettre notre confiance dans ce Dieu qui, en la personne de Jésus, nous a dit entre autre :"venez à moi, vous tous qui pliez sous le fardeau".
    "Dans ce texte de l'Annonciation, il est dit également :"rien n'est impossible à Dieu".

  • #1

    Jacques R. (mardi, 24 mars 2020 17:40)

    Pour vivre ce temps dans la foi et l'espérance, au long de notre chemin de Carême, nous vous proposons de lire l'Evangile chaque jour, celui de la liturgie quotidienne, et chacun ou chacune pourra donner un commentaire court sur ce que lui inspire la Parole de Dieu proposée, jour après jour ! Et ainsi le partage s'enrichira de l'apport de chacun et chacune. A vos claviers donc et que la Parole du Christ vienne éclairer au quotidien le chemin de ce Carême si particulier...
    Demain mercredi 25 mars 2020, c'est la belle fête de l'Annonciation à Marie :
    Ce ”OUI” de Marie ouvrira le long chemin de notre Eglise : comme le dit le beau chant ”La première en chemin...” Et nous sommes, pour aujourd'hui, l'Eglise du Christ ! Nous vivons un jeûne un peu étrange, sans célébrations, sans rencontres... Et pourtant le Christ est au milieu de nous comme il l'a promis :
    ”Quand deux ou trois sont réunis en mon Nom, je suis au milieu d'eux !”
    Avec sa présence, dans la lumière de l'Esprit, vivons sereinement ce partage.

    Evangile de Jésus le Christ selon St Luc (1/26-38)
    En ce temps-là, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, à une jeune fille vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie.
    L’ange entra chez elle et dit : ”Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi.” À cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation. L’ange lui dit alors :
    ”Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand,
    il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. » Marie dit à l’ange :
    ”Comment cela va-t-il se faire, puisque je ne connais pas d’homme ? »
    L’ange lui répondit : ”L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut
    te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, il sera appelé Fils de Dieu. Or voici que, dans sa vieillesse, Élisabeth, ta parente,
    a conçu, elle aussi, un fils et en est à son sixième mois, alors qu’on l’appelait la femme stérile. Car rien n’est impossible à Dieu. »
    Marie dit alors : ”Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole.” Alors l’ange la quitta.